Franchise | le 29 juin 2022

Interview de Guillaume EPIS : un démarrage éclair !

Guillaume E., ancien directeur régional dans l'univers du sport, a intégré le réseau La Compagnie des Toits au cours de l'année 2021, en ouvrant son agence sur le secteur du Morbihan (56).

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Guillaume Epis, j’ai signé avec la franchise La Compagnie des Toits en septembre 2021, pour couvrir le secteur du Morbihan (56).

Après avoir débuté ma carrière comme professeur de sport, je me suis rapidement réorienté pour faire une école de commerce. À sa sortie, j’ai intégré Décathlon et j’ai gravi progressivement les échelons : responsable de rayon, responsable d’exploitation, directeur de magasin, puis responsable d’exploitation des sites Décathlon de la région Bretagne.

Animé par l’envie d’entreprendre, depuis toujours, le point de bascule fut la pandémie de la Covid-19. J’ai mis à profit les confinements, pour m’interroger sur mes aspirations professionnelles. Force est de constater qu’à un certain niveau de responsabilité, la dimension politique prenait le pas sur les valeurs qui m’ont porté, tout au long de ces années chez Decathlon.

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre en franchise ?

Au départ, je souhaitais reprendre une entreprise : j’ai donc cherché pendant quelques temps, sans succès. Soit, je ne trouvais pas ce que je recherchais, soit je n’en avais pas les moyens financiers. Si j’avais la possibilité de trouver un Business Angel pour couvrir cet aspect, je voulais être le seul décisionnaire au lancement de mon activité et ne pas devoir rendre des comptes à un partenaire financier.

Comme je n’ai jamais envisagé de créer mon entreprise de A à Z, je me suis tout naturellement tourné vers la franchise. Grâce à un modèle économique éprouvé et la formalisation du process et de la communication, c’est un système plus rapide à mettre en place.

Étant donné mon cursus universitaire, j’ai commencé mes recherches dans les franchises de distribution. Puis, j’ai regardé les franchises de centre de formation ou de l’immobilier. À chaque fois, le contact avec le franchiseur ne me permettait pas de franchir le pas. La plupart me traitant comme un numéro qu’il fallait faire signer rapidement, pour toucher le chèque…

Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre La Compagnie des Toits ?

Sur le point d’abandonner, j’ai été contacté par un bureau de recrutement, qui m’a mis en relation avec Nicolas Legendre. Un vrai déclic ! Déjà, il ne m’a jamais mis la pression pour signer rapidement : au contraire, comme j’étais encore en poste, avec une bonne situation chez Decathlon, il m’a encouragé à prendre mon temps. Mieux, il m’a dit qu’il me réservait la zone de Vannes (Morbihan), en attendant ma décision.

Mais Nicolas m’a aussi témoigné son envie de travailler avec moi : une dynamique que j’estime essentielle, car si un franchisé choisit évidemment le type de franchise, le franchiseur doit aussi pouvoir choisir le franchisé.

Enfin, Nicolas s’inscrivait dans une mentalité de réseau où le « nous » était prépondérant… Mieux, la franchise La Compagnie des Toits est jeune, portée par l’aventure humaine, ce qui correspondait totalement à mes valeurs et mes envies.

La formation vous a-t-elle permis, concrètement, de démarrer votre activité dans des conditions optimales ?

À La Compagnie des Toits, la formation s’articule autour d’une partie technique (4 semaines), d’une partie commerciale (2 semaines) et d’une partie gestion/vision des hommes et de la marque (2 semaines). Nous étions 3 personnes dans ma session, avec des profils extrêmement variés.

Compte-tenu de mon parcours professionnel, j’aurais préféré approfondir davantage la dimension technique, mais je comprends parfaitement le fait de devoir reprendre les bases, pour que tout le monde dispose du niveau de compétences requis pour le lancement de son agence.

Votre démarrage d’activité est particulièrement prometteur, comment l’expliquez-vous ?

Selon moi, 4 points sont venus soutenir le bon démarrage de l’agence La Compagnie des Toits Morbihan, au-delà d’un peu d’huile de coude, évidemment :

  • La préparation avant l’action (dans une analogie sportive, c’est la phase d’entraînement)

Arrivé à la formation initiale de La Compagnie des Toits, j’étais libéré d’une certaine pression mentale : je disposais déjà de mes locaux et les prêts étaient validés. Il est particulièrement difficile de se lancer dans un process, sans savoir si les fonds nécessaires au démarrage seront finalement obtenus.

  • La connaissance du tissu local 

J’étais implanté sur le territoire depuis quelques années et notamment, dans le monde associatif. Pour l’anecdote, c’est un ami qui m’a fait faire mon premier chantier, cela met en confiance et sert de tremplin pour en entreprendre d’autres…

  • Le recrutement

Si j’ai connu la chance exceptionnelle de trouver un commercial, avec une expérience dans le secteur, j’estime que la chance se provoque. Il suffit de bien travailler en amont. Par ailleurs, La Compagnie des Toits vous accompagne dans les démarches de recrutement : si j’y étais bien familier, j’ai apprécié leur regard extérieur, cet appui qui rassure. Au sein d’un réseau, même si le choix vous appartient totalement, on se partage les décisions.

  • L’écoute et la proximité avec ses équipes

Si l’on reste le dernier décisionnaire, il est absolument essentiel d’œuvrer simplement et en toute humilité : recueillir la parole de ses équipes et la considérer attentivement. Aujourd’hui, je n’ai pas de plus grande fierté que lorsqu’un client me dit qu’il aime mon équipe, qu’elle est serviable et compétente.

De quel accompagnement bénéficiez-vous, pour le lancement de votre activité ?

Au-delà de la formation initiale de 8 semaines, la franchise La Compagnie des Toits a déployé des services annexes, couvrant les volets techniques et commerciaux :

  • Accompagnement technique hebdomadaire

Au lancement de notre activité, chaque franchisé bénéficie d’un soutien technique, physique et/ou à distance. En nous faisant bénéficier de leur recul professionnel, cela nous aide à cadrer nos dossiers et à bien réfléchir sur nos chantiers.

Les techniciens nous alertent également sur le respect des DTU (normes). Par exemple, à mes débuts, j’avais suggéré la mise en place d’un revêtement spécifique à une couche, pour une terrasse. Le service m’a posé des questions précises (« La terrasse est-elle circulable ? » « Est-elle en pente ? »). Comme elle n’était pas en pente, il m’a indiqué qu’il fallait alors mettre 2 couches, pour mieux gérer les eaux stagnantes, mais surtout pour éviter tout problème de garantie décennale, par rapport aux normes en vigueur.

  • Accompagnement commercial mensuel :

Là encore, la franchise La Compagnie des Toits met en place un soutien régulier – que ce soit par téléphone ou en visio. Ces professionnels sortent les chiffres de votre activité et les challengent (« Pourquoi y a-t-il tant de devis envoyés ? » « Sont-ils sous contrôle ou pas ? »). Le cas échéant, ils nous aident à rectifier le tir, à garder un cadre et surtout, un cap. Par exemple, à l’agence, nous avons choisi de nous abonner à LinkedIn via un compte Premium, pour développer notre prospection via ce canal. Nos interlocuteurs à la tête de réseau nous ont demandé pourquoi on ne prospectait plus, car la base de données n’était plus actualisée dans le CRM La Compagnie des Toits. Lorsque nous leur avons expliqué notre démarche, ils ont compris, mais nous ont invités à maintenir son actualisation, pour le suivi et garder le bénéfice de ce puissant outil.  

Comment vous projetez-vous à court/moyen/long terme ?

Mon premier objectif, à moyen terme, est de stabiliser l’agence aux alentours des 800. 000 à 1 million d’euros.

À plus long terme, je n’exclus pas la possibilité d’ouvrir une seconde agence sur le même secteur – en continuant de couvrir la zone de Vannes, avec l’actuelle, et en développant l’autre autour de Lorient. L’idée étant, ici, de réduire les temps de trajets et de transports, pour optimiser notre organisation interne.

Quels sont, selon vous, les atouts du réseau La Compagnie des Toits ?

Porté par son fondateur, Nicolas Legendre, je me sens un véritable acteur du réseau : nos remontées sont systématiquement écoutées et nos conseils, pris en compte.

Par rapport au métier lui-même, la direction technique est un vrai atout par rapport à la concurrence ! En cas de doutes, nous nous tournons facilement vers elle : à l’écoute, elle trouve toujours des alternatives ou des pistes à creuser.

Plus généralement, le regard extérieur qu’offre le réseau sur notre activité est une vraie force. Avec lui, en soutien, nous osons plus facilement nous poser des questions délicates. Nous ne nous sentons pas seuls et il nous aide, parfois, à prendre des décisions. Au début de mon activité, il m’a fait renoncer à un chantier, techniquement trop compliqué : même si un refus est extrêmement difficile à formuler, surtout en phase de lancement, je sais aujourd’hui que c’était la bonne décision…

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un candidat à la franchise ?

J’estime que tout candidat à la franchise doit, avant toute chose, obtenir l’aval de sa famille. Un démarrage réussi réclame un fort investissement en temps et en argent : il faut que toutes les parties soient conscientes des sacrifices à venir. Ensuite, je dirais qu’il doit croire en lui et avoir confiance en ses capacités, que l’on sous-estime toujours !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin