Franchise | le 13 septembre 2022

Quel profil faut-il pour ouvrir une franchise ?

Devenir chef d’entreprise requiert des aptitudes particulières qui peuvent représenter un véritable frein à l’entrepreneuriat. Dans le cadre d’une franchise, ce postulat est moins valable, même si certains prérequis sont vivement recommandés pour optimiser ses chances de succès !

Quel que soit votre profil, il faut avoir l’envie d’entreprendre, bénéficier d’une assise financière suffisante, avoir le sens du commerce et des capacités managériales et enfin, avoir une bonne connaissance de son territoire…

Prérequis en franchise n° 1 : avoir l’envie d’entreprendre

Une franchise est le fruit d’un accord entre un franchiseur, propriétaire de la marque ou de l’enseigne, et un franchisé, commerçant indépendant habilité à vendre les produits et/ou services de ce dernier. Dès lors, un recruteur recherche, avant tout autre chose, une personne motivée. Sous ce modèle, le chef d’entreprise bénéficie du savoir-faire et de l’accompagnement du réseau…

Dès lors, l’envie d’entreprendre est la première qualité recherchée ! Sur ce principe, un mécanicien en reconversion professionnelle peut tout à fait supplanter un chef cuisinier pour l’ouverture d’une succursale de restauration, s’il s’avère plus motivé par le métier, qu’un professionnel du secteur potentiellement désabusé.

Assez logiquement, un franchiseur va choisir un profil qui déploiera tout ce qu’il faut pour vendre sa marque, ayant un goût du travail suffisamment prononcé pour enrichir son réseau, dans tous les sens du terme (chiffre d’affaires, notoriété, nouvelles idées, …).

Prérequis en franchise n° 2 : avoir une solide assise financière

Si la franchise est ouverte à un large panel de profils d’entrepreneur, ce statut suppose toutefois de bénéficier d’un apport financier suffisant pour s’affranchir des droits d’entrée et des investissements nécessaires au lancement de l’activité.

Déjà, il faut bien comprendre qu’un franchiseur ne vous donne pas les droits d’exploitation de sa marque et de ses produits, il vous les vend. Ces droits d’entrée peuvent varier sensiblement d’une franchise à l’autre et suppose de les connaître pour les intégrer à votre plan de financement.

Par ailleurs, s’il existe des aides financières pour ce type de projet, la plupart des banques demanderont un apport personnel minimum, pour sceller leur soutien. De son côté, le franchiseur y verra un gage de bonne foi, témoignant de votre intérêt et de votre attrait en son concept.

Enfin, une bonne assise financière permet d’anticiper une éventuelle période de non-rémunération pour le franchisé. En effet, même si l’appartenance à un réseau vous permet de bénéficier de son savoir-faire et d’un fonctionnement rodé, il y aura forcément une phase de lancement incompressible, avant d’atteindre un rythme de croisière…

Prérequis en franchise n° 3 : avoir le sens du commerce et des capacités managériales

Quelle que soit la franchise retenue, un franchisé doit savoir vendre un produit et/ou un service. Dès lors, il doit posséder une certaine aisance commerciale pour convaincre les clients. Ici, il s’agit de différencier le savoir-faire technique du fait de « savoir vendre ». En effet, un boulanger peut techniquement faire un excellent pain, s’il ne sait pas en vanter les mérites, il ne pourra pas développer son activité.

Un franchiseur va prioritairement chercher des profils à l’aise avec le commerce pour développer son réseau — se chargeant, le cas échéant, d’une formation de la dimension technique de son métier (à l’image de ce que propose La Compagnie des Toits).

Parallèlement, il va aussi rechercher des capacités managériales chez un franchisé. À noter que les profils « cadres » sont grandement apprécié, notamment au sein de la franchise La Compagnie des Toits, puisqu’ils combinent une expérience en gestion humaine et commerciale.

Au-delà de qualités humaines évidentes (contacts avec les clients, les salariés, les autres membres du réseau), le franchisé idéal doit savoir se positionner correctement avec ces différents publics : un « esprit réseau » pour travailler en équipe, un profil « manager » pour diriger ses employés et un profil « commercial » pour représenter positivement la marque auprès de la clientèle.

Prérequis en franchise n° 4 : avoir une bonne connaissance de son territoire

Traditionnellement, une franchise couvre un territoire bien défini. L’objectif étant qu’il n’entre pas en concurrence avec une autre agence du réseau. Que ce soit du côté du franchiseur ou du côté du franchisé, il s’agit donc de s’interroger sur le potentiel de sa zone et connaître ses acteurs économiques.

Idéalement, un franchiseur va privilégier un profil solidement ancré sur sa zone, car il en déduira qu’il en connaît mieux les cibles locales. Mieux, il appréciera un candidat à la franchise ayant tissé un solide réseau local — que ce soit par la pratique d’activités de loisirs (associations, clubs…) ou par une expérience professionnelle (entreprises).

De son côté, le franchisé doit s’interroger sur la « plus-value géographique » qu’il peut apporter à la marque ou à l’enseigne. Autrement dit, la population de son territoire est-elle encline à acheter les produits et/ou services de la franchise ?

À noter qu’en cas de « parachutage » dans une autre région, le franchisé doit absolument s’assurer que son projet professionnel satisfait tous les membres de la famille et qu’ils en mesurent tous les conséquences (déménagement, changement d’école…). Ce n’est qu’à ce prix qu’il pourra éventuellement convaincre le franchiseur de sa démarche.

À La Compagnie des Toits, l’approche technique du métier est balisée lors de la formation initiale de 8 semaines dispensée par la franchise, au même titre que l’approche commerciale. Si vous êtes motivé(e) par l’envie d’entreprendre (qualité essentielle pour nous !), si vous disposez d’une bonne assise financière (pour asseoir votre projet et notre collaboration) et si vous disposez des qualités humaines et managériales (inhérentes au statut d’un franchisé), vous pouvez tout à fait prétendre à rejoindre notre réseau ! Que diriez-vous de prendre un temps pour en discuter ensemble ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin