Reconversion & opportunités | le 9 janvier 2023

Quelles démarches pour un changement de poste en interne ?

Vous aimez votre environnement de travail, vos collègues et votre hiérarchie, mais vous souhaitez faire évoluer votre carrière : saviez-vous qu’avec la mobilité interne, vous pouvez opérer un changement de poste au sein de votre entreprise actuelle, tout en vous évitant le stress d’une recherche d’emploi traditionnelle ?

Riche d’avantages pour le salarié comme pour la société, cette solution implique simplement une bonne préparation avant de réclamer votre entretien avec les Ressources Humaines (RH)…

Pourquoi changer de poste au sein d’une même entreprise ?

Quels sont les avantages d’un changement de poste en interne pour le salarié ?

Avant même d’envisager un changement de poste en interne, il faut pouvoir se projeter dans la même entreprise à moyen terme, sur les 3 à 5 prochaines années. Les valeurs de l’entreprise, vos collègues et votre hiérarchie ne doivent pas être votre unique raison de rester ou un frein à l’évolution de votre carrière.

Si tel est le cas, la mobilité interne pour un salarié peut offrir de nombreux attraits : avoir plus d’autonomie, découvrir un nouveau secteur d’activité, acquérir de nouvelles compétences, relever des défis, augmenter son salaire ou encore améliorer ses conditions de travail. Votre évolution professionnelle peut revêtir différentes formes…

Quels sont les avantages de la mobilité interne pour l’entreprise ?

Une entreprise a également tout intérêt à développer une politique de mobilité interne, car cela réduit notablement les coûts de recrutement : nul besoin de publier l’annonce sur des sites d’emplois ou de recourir à un cabinet spécialisé. Cela permet aussi d’économiser le temps alloué à l’ensemble du processus de recrutement et de réduire aussi le temps d’intégration de son salarié, qui sera opérationnel plus rapidement.

Plus généralement, la mobilité interne représente un atout pour l’entreprise-employeur : comme elle permet de développer les talents au sein de sa structure, cela motive les salariés et les fidélise. Une démarche qui ne pourra qu’attirer de nouveaux talents…

Comment demander un changement de poste en interne ?

Étape 1 : préparez-vous !
  • Se renseigner sur la politique de mobilité interne de l’entreprise

La politique d’une entreprise en matière de mobilité interne varie d’une société à une autre. Certaines prévoient même des plans de suivi et de développement des compétences. Naturellement, dans une grande structure, les opportunités de changement de poste seront plus nombreuses…

  • Étudier les opportunités

Si la mobilité interne est possible au sein de votre entreprise, prenez le temps de regarder les opportunités d’emploi disponibles dans la sphère que vous visez. Le cas échéant, est-ce que cela peut vous plaire ?

  • Parler de votre projet à votre manager et vos collègues

N’hésitez pas à parler de votre envie de changement de poste autour de vous (collègues, managers…) : peut-être ont-ils eu vent ou accès à des informations qui pourraient faciliter votre démarche ? Plus généralement, restez attentif aux mouvements dans les différents services : départs ou congés de longue durée…

Étape 2 : identifiez vos atouts !
  • Comparer ses compétences et celles attendues

Même si la mobilité interne est très attractive pour vos dirigeants, rares sont les chances que vous soyez le seul à viser ce poste. Dès lors, il vous faudra dresser la liste de vos compétences actuelles et les mettre en relation avec celles attendues. Si vous ne cochez pas toutes les cases, vous pouvez, soit acquérir les bases par vous-même, soit suivre une formation (en interne ou en externe), financée par votre CPF (Compte Personnel de Formation). S’être renseigné sur les possibilités, savoir si elles sont éligibles ou non à ce financement et prendre l’initiative de les suivre, sont autant d’indices de votre motivation pour votre employeur.

  • Mettre en avant les « soft-skills »

Dans le cadre d’un changement de poste au sein d’une même entreprise, il est important de rappeler les avantages de la mobilité interne à votre employeur : vous connaissez déjà la culture d’entreprise, son organisation — ce qui vous donne une longueur d’avance sur les candidats de l’extérieur. Mais, veillez aussi à mettre en avant les « soft-skills » qu’ils ont pu déjà constater, comme votre capacité d’adaptation, votre curiosité, votre esprit d’initiative, etc.

Étape 3 : préparez votre entretien avec les RH !
  • Mettre à jour le CV et rédiger la lettre de motivation

Même dans le cadre d’un changement de poste en interne, les démarches de recrutement s’appuient sur les mêmes mécanismes — à savoir, le Curriculum Vitae et une lettre de motivation succincte. Le premier sert à rappeler, en un coup d’œil, votre parcours professionnel et vos compétences, quand le second peut s’attarder sur votre connaissance de l’entreprise, sa culture et ses valeurs.

À noter que vous pouvez aussi exprimer votre volonté de passer une demi-journée dans le service concerné — une démarche riche d’enseignements pour vous, comme pour votre dirigeant, qui aura ainsi le retour de vos futurs collègues.

  • Anticiper la transition avec votre successeur

Profitez de cet entretien pour exprimer votre souci d’assurer aussi la transition sur votre ancien poste. Ainsi, votre employeur peut librement vous demander de réaliser une partie des missions, le temps de trouver un successeur. Ensuite, une fois la nouvelle personne recrutée, vous vous tiendrez à sa disposition à son arrivée, pour la renseigner et l’installer… Si la mobilité interne est acceptée, sachez que vous serez, alors, en période probatoire : il s’agit d’une période d’essai, sans rupture du contrat de travail. À l’issue de celle-ci, si votre employeur ne souhaite pas donner suite ou si, de votre côté, le poste ne vous convient pas, vous pourrez alors retourner dans votre ancien service… Le cas échéant, il vous faudra étudier vos autres options — l’objectif étant de mettre à profit votre introspection, pour continuer à vous poser des questions sur votre avenir professionnel, notamment, comment savoir quand l’heure de la réorientation professionnelle a sonné ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on facebook
Facebook
Share on google
Google
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
Linkedin